Un Festival responsable

Soucieux de préserver l’environnement, le Festival International de Jazz de Montréal se fait plus que jamais un devoir de réduire son empreinte écologique. Un pionnier en matière de développement durable dans le secteur événementiel à Montréal, le Festival posait dès 1989, de concert avec Recyc-Québec et Alcan, ses premières actions environnementales, et réalise depuis 2002 des activités de recyclage avec différents partenaires. Par ses actions et son rôle de diffuseur de culture, le Festival joue un rôle de modèle et de chef de file dans la promotion d’un développement durable et inclusif.

1. Initiatives environnementales

Recyclage
  • En moyenne, chaque année, 34 tonnes de matières recyclables sont traitées sur le site du Festival, soit environ 25 % de fibres de carton, 40 % de plastique, métal et fibres mélangées, 15 % de verre, 15 % de bois ainsi que 5 % de compost.
  • Les concessions alimentaires utilisent majoritairement des serviettes, des verres et des assiettes biodégradables en fécule de maïs ou recyclables.
  • Depuis 2015, nous avons diminué considérablement l’utilisation de verres de plastique en vendant directement les cannettes de bière recyclables. Nous avons éliminé près de 160 000 verres de plastique.
  • Les huiles usées des kiosques alimentaires sont recyclées.
  • Nous avons développé une gamme exclusive de produits écologiques comprenant des sacs en jute et en propylène réutilisables et recyclables à 100 %, ainsi que des vêtements faits de fibres naturelles et recyclées certifiées écologiques.
Le saviez-vous ?

En 2016, les 9,55 tonnes de carton récupéré ont permis d’économiser près de 250 000 litres d’eau.

Réduction à la source
  • Nous avons réduit la consommation de bouteilles d’eau individuelles en optant pour des contenants de 18 litres d’eau en arrière-scène et à la salle de presse.
  • Nous préconisons l’utilisation de documents en ligne pour les conférences de presse. Nous mettons également des clés USB à la disposition des journalistes, qui peuvent aussi télécharger les informations à partir de leur propre matériel informatique de poche.
  • Nous avons abandonné l’usage des invitations papier aux événements de presse, remplacées par des invitations électroniques envoyées par courriel. Près de 2500 cartons d’invitation et enveloppes sont ainsi épargnés par le Festival.
Économie d’énergie
  • Nous utilisons uniquement l’énergie hydroélectrique, moins polluante, pour tous nos besoins d’aménagement. Seules les génératrices utilisées en cas d’urgence fonctionnent à l’essence.
  • Nous veillons à réduire l’éclairage de nuit et de jour afin de minimiser notre consommation électrique.
  • Nous avons changé toutes les lumières artistiques pour des LED, qui sont beaucoup plus écoénergétiques. Nous sommes en transition pour l’ensemble des lumières sur le site du Festival.
Le saviez-vous ?

En 2016, les 4,56 tonnes de plastique recyclé ont permis d’économiser la consommation de près de 62 barils de pétrole.

2. Initiatives sociales

Relève musicale
  • Le Grand Prix de Jazz TD est offert en soutien à la relève jazz canadienne. Chaque année, l’artiste primé remporte un trophée et une bourse de 5 000 $ en plus d’être invité au Festival l’année suivante. Les détails ici.
  • Le Camp de blues offre gratuitement aux jeunes musiciens d’ici âgés de 13 à 17 une formation musicale de haut niveau exclusivement consacrée au blues. Les détails ici.
  • La série JazzFest des jeunes permet à des musiciens issus d’institutions scolaires ou de groupes communautaires amateurs de se produire dans le cadre du Festival. Les détails ici.
  • La série musicale Les Envolées du Festival est consacrée aux étudiants de niveau universitaire.
Le saviez-vous ?

Grace à notre partenaire Naya, nous fournissons des bouteilles réutilisables à nos employés sur le site ce qui nous permet d’éviter l’utilisation de plus de 30 000 bouteilles d’eau.

Programmes d’embauche
  • Un programme d’embauche a été créé avec le Partenariat du Quartier des spectacles pour assurer des emplois durant tout l’été, plutôt que pendant notre Festival seulement.
  • Des dizaines de raccrocheurs et de stagiaires sont recrutés par l'entremise de la Société de développement économique Ville-Marie et de divers organismes.
  • Nous participons au projet Coopérative jeunesse de services, une forme de coopérative de travail estivale pour les jeunes de 14 à 17 ans.
Un Festival inclusif
  • Une attention particulière est portée aux personnes à mobilité réduite.
  • Les vélos retrouvés sur le site sont remis à l’organisme SOS VÉLO.
  • La nourriture non consommée préparée par le service alimentaire est donnée à la Maison du Père.
  • Tous les objets trouvés qui sont en bon état sont remis à l’Écocentre, qui les redistribue dans différents organismes de Montréal.

3. Initiatives économiques

Un impact indéniable : Disposant d’un budget annuel avoisinant les 30 M$, le Festival génère des retombées économiques annuelles de près de 100 M$, provenant en bonne partie des dépenses de touristes venus spécifiquement pour assister au plus important événement musical au monde – et dont l’achalandage annuel se chiffre à 2 millions d’entrées. Par ailleurs, les retombées du Festival profitent aux gouvernements fédéral et provincial, qui en retirent chaque année quelque 20 M$ en revenus fiscaux. Comme quoi le Festival retourne à la société beaucoup plus que ce qu’il reçoit en subventions – environ 16 % de son budget.

Le saviez-vous ?

Depuis 2008, les mesures de réduction à la source mises en place nous ont permis de diminuer de plus de moitié les matières générées sur le site du festival.

Main-d’œuvre locale
  • Agent économique de premier plan dans le domaine du tourisme culturel à Montréal, le Festival contribue au maintien de 954 emplois (équivalent à temps complet). De ce nombre, 53 permanents et 875 contractuels travaillent expressément à l’organisation et à la tenue de l’événement.
  • Son effectif se constitue sans recourir au bénévolat et respecte les normes en matière d’équité salariale.
  • Le Parc musical Rio Tinto a été entièrement conçu et réalisé localement.
Achats locaux
  • De 90 à 95 % des aliments vendus sur le site du Festival sont achetés à moins de 40 km de leur emplacement de distribution. En plus d’encourager l’économie locale, ces achats à proximité permettent de réduire les émissions de carbone générées par le transport et la mise en marché des produits en provenance de l’étranger.
  • Le Festival priorise aussi l’achat local pour la production de produits dérivés arborant son logo et ses couleurs. L’utilisation de matières écologiques, recyclables, durables ou biodégradables est également favorisée.
  • 64 % des achats globaux reliés à ses produits dérivés sont faits auprès de distributeurs ou de manufacturiers locaux;
  • 84 % des achats de vêtements sont faits auprès de distributeurs ou de manufacturiers locaux;
  • 94 % des vêtements sont imprimés ou brodés localement.
  • Depuis 2006, plusieurs sacs et accessoires arborant le logo et les couleurs du Festival International de Jazz de Montréal sont fabriqués à partir de bannières publicitaires recyclées.
  • Le Festival offre également une gamme de sacs écolos longue durée 100 % recyclables (propylène tissé, jute, etc.), une gamme de vêtements écologiques (coton, teinture, impressions, etc.) et des bouteilles d’eau à usage multiple.

4. Des initiatives saluées

VIVATS 2016

Prix 5e anniversaire décerné au Festival pour son engagement durable et continu et son souci constant d’améliorer chaque année ses initiatives en développement durable. Visionner la vidéo.

2014

L’organisation Kéroul a décerné au Festival International de Jazz de Montréal la certification « Accessible » aux personnes ayant une déficience motrice.

Vivats 2013

Grand Vivat 2013, remis à l’événement qui s’est le plus démarqué en matière de gestion responsable au Québec.

Grands Prix du tourisme du Québec 2009

Prix du Tourisme durable pour la persévérance, l’ingéniosité et la créativité du Festival dans ses efforts de verdissement.

Publicité
;